Livraison gratuite à partir de 70$ CAD!

mannequin-du-mois-model-of-the-month

Mannequin du mois d'avril

Mats Eddy Jambon

Neomi Elbaz

19 ans

Originaire de Barcelone, Espagne

Vit à Montréal, Québec, Canada

 

Alors, d’où viens-tu Neomi?

 

Je viens d'Espagne et maintenant je vis à Montréal.

 

D’accord Neomi. Parle nous de toi.

 

Parler de moi! (Rires) C’est dur de parler de moi parce que je ne rentre pas dans un moule ou dans un groupe spécifique ou n’importe quelle autre forme de description. J’aime beaucoup de choses très différentes les unes des autres. Je viens de beaucoup d’endroits différents. J’ai grandi dans une famille multiculturelle et je trouve ça difficile de me définir de façon précise.

 

Quelles-sont tes origines?

 

Je suis espagnole, israélite, marocaine et gabonaise. Du côté de mon père, sa mère venait d’Espagne et son père du Maroc. Donc, lorsque Israël est devenu un pays officiel, il a fait partie des premiers immigrants qui y sont arrivés. Il a donc reçu sa citoyenneté. Ma mère vient du Gabon. Un pays dans l’ouest/centre de l’Afrique mais il semble que beaucoup de gens ne connaissent pas ce pays. (Rires)

 

Ok! Est-ce que ça fonctionne bien tout ce mélange dans ta famille?

 

Je pense que oui parce qu’ils se ressemblent et en plus ils sont tous chaleureux. Ils sont donc tous amusants et aimables à leur façon. Ils ont de fortes valeurs familiales basée sur l’éducation et le respect et j’aime ça parce que ça a forgé la personne que je suis aujourd’hui. L’éducation de mes parents m’a permis d’avoir une certaine morale, de me définir en tant qu’individu, confiance en moi et d’assumer la personne que je suis aujourd’hui sans me faire ébranler par des remarques du genre ‘’oh, la société fonctionne de cette façon, je dois prendre une photo de mon cul’’ tu vois. On m’a toujours appris à respecter qui je suis et à respecter mon corps. Ça m’a définitivement aidé dans beaucoup de choses. Ça m’a appris à devenir une bonne personne à part entière et à en être contente.

 

C’est bon ça! Malgré le fait que tu as reçu une éducation basée sur le respect de soi, tu as quand même décidé de faire du mannequina. Pourquoi? (Cette question a été posée de cette façon en tenant compte des préjugés que certaines personnes ont envers cette profession)

 

Le mannequina a commencé pour moi à l’âge de 16 ans. Quelqu’un m’avait demandé au hasard si je voulais participer à une séance de photographie. On m’avait toujours dit de ne pas faire ça. Je n’avais jamais vraiment pensé à en faire parce que je ne savais pas vraiment ce que c’était à part ce que ma mère en disait et elle en disait beaucoup de choses négatives.

 

Quels genres de choses?

 

Tu sais, les genres d’histoires qu’on entendrait dans les années 60 comme ‘’Ce photographe a essayé quelque chose de bizarre.’’ et les gens ont toujours cette image de la mannequin ayant des problèmes d’alimentation.  À 16 ans, j’avais cette phase rebelle donc, quand on m’a offert l’opportunité, j’ai accepté! Ce n’était rien d’inapproprié. C’était pour un catalogue de fusils. J’y avais emmené mon ami parce que j’avais peur et je ne savais pas comment ça se passerait. Ça a été amusant! Je ne savais pas quoi faire et j’étais vraiment bizarre. Mais les photos sont très bien sorties!

 

Tu as bien dit un catalogue de fusils? On parle bien de l’arme?

 

Oui! Si tu descends tout en bas de ma page Instagram, tu vas trouver une photo arrière-scène. Je n’ai jamais publié les photos officielles parce que j’étais insécure à l’époque. Mes premières années adolescentes ont été mouvementées. Faire du mannequina m’a aidé à reprendre confiance en moi. La compagnie pour laquelle j’ai posé était Halloware je pense. Mais oui, les fusils dans le Midwest est quelque chose de gros alors je ne me suis pas dit que c’était controversé. Ça aurait pu l’être aujourd’hui et je le ferais pareil parce que je ne fais rien de mal, tu vois. Les fusils sont mauvais seulement si tu les laisses entre de mauvaises mains. À la fin de la journée, je ferai le travail tant que ça ne me porte pas préjudice ou que ça porte préjudice à quelqu’un d’autre. Bien sûr, j’ai fait des travaux risqués, mais rien d’offensant ou vulgaire. J’aime être créative.

 

D’accord! Sinon c’est quoi tes expériences en tant que mannequin?

 

J’ai commencé quand j’avais 16 ans à St-Louis mais j’y suis parti à l’âge de 17 ans. Je suis à Montréal depuis. En arrivant, j’ai eu de problèmes au niveau du mannequina. J’ai rencontré des gens qui semblaient être gentils et qui m’ont fait croire qu’ils m’aideraient, mais j’ai vu la réalité. Parfois, le monde peut être brutal tu sais. Pas comme ce que m’a mère m’expliquait mais ça s’enlignait pas mal. Les gens prennent avantage de toi. J’étais si petite et si jeune, tu vois. Certains d’entre eux faisaient des choses avec lesquelles je n’étais pas d’accord.

 

Quelles étaient ces choses? Pour que les mannequins sachent à quoi s’en tenir et réagir.

 

J’ai travaillé avec quelqu’un qui a essayé de m’embrasser et je lui ai vite fait savoir que ça ne passait pas. Il a réagi en disant que je lui avais montré des signes d’intérêt et je lui ai fait comprendre qu’il s’était trompé. Il était beaucoup plus vieux que moi. Je dirais le double de mon âge. Rien ne s’est passé par après mais c’est sûr que ça m’a mis dans une position de frayeur. J’étais seule et j’avais 17 ans. Après, ça s’est retourné contre moi. J’étais supposé avoir de nouvelles séances photo mais il avait visiblement Sali ma réputation et j’ai perdu les contrats.

 

Wow! Ok je vois…

 

J’ai eu des expériences négatives, j’ai connu des photographes assez bizarres. J’ai connu des gens qui argumentaient beaucoup et qui finissaient par créer des rumeurs sur moi. Si tu as besoin de savoir quelque chose sur moi, demande-le-moi! Je suis une personne une expérience agréable dans l’ensemble et j’ai rencontré beaucoup de gens exceptionnels. J’ai travaillé avec de très bons photographes, maquilleurs et designers. Les gens viennent d’univers différents ici et ça m’a aidé à grandir au niveau de la confiance et tant que personne.

 

As-tu des sources d’inspiration?

 

Au début non, mais je peux maintenant dire que oui. Je suis ma propre inspiration. La créativité venait de moi-même mais c’est sûr que parce que mon nom est Neomi, on disait que Neomi Campbell l’était. Ce n’était pas le cas. Elle fait du bon travail et tout mais je ne l’observais pas plus que ça. En fait, j’ai eu beaucoup plus d’inspiration en regardant Ru Paul’s Drag Race. Un show mettant en vedette des drag queens. Je pense que ce qu’ils font est vraiment cool et elles sont plus féminines que les femmes elles-mêmes. Ils sont bons en maquillage, elles sont talentueuses, elles ont confiance en elles et elles font toutes ces choses vraiment cools elles sont belles. Les drag queens en général ont été une source d’inspiration dans ma créativité et dans le fait d’être à l’aise avec le fait que je sois différente, avoir un style différent et ne pas essayer de ressembler à Kim Kardashian ou Kylie Jenner.

 

Ouais, j’en ai vu pas mal du genre.

 

Je ne les dévalorise pas. Je vais sur Instagram et je vois toutes ces filles qui ressemblent à Kylie Jenner et oui, elles sont toutes belles il n’y a pas de doute là-dessus. Mais si tout le monde se ressemble, qu’est-ce que la beauté finalement? Le monde travaille tellement fort sur l’apparence externe qu’on dirait qu’il n’y a rien à voir à l’intérieur de l’individu. Je suis beaucoup plus intéressé à connaître la personnalité… Tu ne peux pas avoir une vie de qualité si tu n’en a pas.

 

C’est très vrai! Côté vêtements, quels-sont tes préférences?

 

J’adore les vêtements amples. Je porte beaucoup de vêtements pour hommes. Je suis du genre à prendre des t-shirts très larges qui ressemblent à des robes sur moi.

 

Ça a l’air d’être la tendance du moment.

 

Ça a toujours été comme ça pour moi parce que proportionnellement parlant, je suis fait bizarre. Je mesure 5 pied 1 pouce et j’ai toujours fait de l’exercice physique. Donc, j’ai des parties de mon corps qui sont larges et j’ai une masse musculaire. Même avec les jeans que je porte en ce moment tu peux le remarquer. J’aime bien porter des vêtements serrés, c’est beau par moment. Et j’aime ça. Mais, si je sors et que je suis seule, j’aime porter des chemises hawaiiennes ou ces pantalons bohémiens comme on les appelle. Tu sais, ces pantalons amples. Mon sens du fashion vient de mon grand frère. Je pense même qu’une grande partie de qui je suis est influencé par mon frère. C’est normal, tu vois. À St-Louis, je n’avais pas beaucoup d’amis et je n’étais pas la plus populaire. St-Louis est un endroit assez raciste. Je n’avais donc pas beaucoup de gens avec qui parler. Mais, je dois remercier mon frère de m’avoir inculqué ce sens du fashion.

 

Quelle-est la meilleure ville lorsqu’on parle du monde du fashion?

 

J’ai été dans beaucoup d’endroits. Je ne dirais pas qu’il s’agissait de capitales du fashion, tu vois. Je n’ai pas été à Milan par exemple. Les gens diraient New-York mais j’y vais souvent et les gens se ressemblent beaucoup. Tu ne verras pas là-bas ce que tu vois ici à Montréal, genre, les gens qui ont leur propre style dans les rues, tu vois. Oui, tu verras des gens s’habiller normalement et c’est normal. Par contre, dans les entourages autour desquels je gravite, tu verras toutes sortes de choses. Peut-être que ce ne sera pas un style que tu apprécieras, mais c’est de la diversité et de l’individualité et j’aime ça. J’aime le fait que les gens s’habillent comme ils le sentent même si que ça peut ne pas être attirant et que ça ne s’agence pas ou peu importe… Juste comme tu le veux.

 

Est-ce qu’il y a quelque chose que tu as remarqué dès ton arrivée à Montréal?

 

J’ai vécu ici étant jeune et je revenais souvent visiter et j’aimais vraiment la diversité. Issue d’origines diverses, je ne sentais pas que je rentrais dans le moule peu importe où j’allais. Aux États-Unis, je ne rentrais pas définitivement pas dans le moule à St-Louis. Dans mes autres pays d’origine, je me sentais aussi différente des autres et c’est normal et compréhensible. Mais ici, tout le monde est étranger, chaque personne est unique, chaque personne a sa propre histoire. Quand je suis venu ici, c’est ce que j’ai remarqué. J’apprécie beaucoup cela. Même que ce ne serait pas mon style, j’apprécie la diversité et tu peux trouver tous tes centres d’intérêt ici. Tu dois juste chercher. J’ai définitivement vu toutes sortes de facettes de cette ville!

 

Quelle ville représente le mieux le monde l’art?

 

(Rires) C’est une question assez difficile parce que chaque ville à sa propre approche artistique. Chaque ville interprète l’art de façon différente et Montréal compte de nombreux talents. Le problème est qu’aucun de ces artistes talentueux ne restent à Montréal. Dès qu’ils se font un nom, ils partent. Ils ne restent pas ou ne mettent pas d’emphase sur la ville. Tu vois Drake, Toronto est rendu gros à cause de lui. Les gens se foutaient de Toronto avant ça. Alors, il parle de sa ville. J’y ai été. Personnellement, ce n’est pas pour moi. J’ai senti une atmosphère très matérialiste. Mais, c’est sûr que pour un bu touristique, c’est un endroit à visiter. Pour en revenir à l’art, chaque ville a son identité. Si je vais à Tel Aviv vu que je suis aussi israélienne, tu y trouveras des artistes incroyables, des peintres, des musiciens, du très beau monde. Pour Montréal, il y a une belle scène de jazz. La majorité de mes amis ici sont musiciens et Montréal a une scène de jazz assez grande. Il y a de très bons artistes que peu de gens connaissent et qui sont sous-évalués. Mais je pense qu’ils sont de très bons artistes.

 

Je ne pense pas qu’il y ait une meilleure ville pour représenter le monde l’art. Je pense que ça dépend de quoi tu parles. Chaque ville a son propre art. Chaque pays a sa façon de représenter sa culture, ses arts, sa diversité et ses expressions. Tu ne trouveras pas quelque chose qui s’est fait en Jamaïque en Chine. Il y a de la beauté partout.

 

Cool! As-tu déjà acheté quelque chose que tu n’as pas aimé?

 

Non! Ça ne m’est pas arrivé. J’aime bien sauver mon argent parce que je sais définitivement ce que c’est que de ne pas en avoir. Si je ne l’aime pas de façon sûre, si je n’en suis pas obsédé et que je peux partir du magasin sans l’avoir pris, je ne l’achèterai pas. Je n’ai pas besoin de tout ça.

 

Quelle-est ta couleur préférée lorsqu’on parle de vêtements?

 

Évidemment, je porte beaucoup de noir et c’est parce que c’est convivial et ça s’agence avec tout. Ça ira avec n’importe quel autre couleur mais, j’ai découvert que le rose me va très bien! J’aime aussi beaucoup le rouge bourgogne et le vert forêt. J’apprécie aussi les couleurs vives comme le bleu et le turquoise à cause de mon teint de peau. Ça le fait ressortir et ça donne une allure tropicale.

 

Tu vas vraiment aimer notre prochaine collection!

 

Je ne peux pas attendre tu sais! (Rires) Le chandail que j’ai porté durant notre séance photo a donné une belle teinte à ma peau.

 

Qui est ton designer préféré?

 

Pour être honnête, je sais que ce n’est pas typique des mannequins, mais je ne regarde pas les marques tant que ça. J’ai beaucoup de marques bon marché. J’ai des chaussures ressemblant à des Vans qui ne m’ont coûté que 14$ chez Target et je ne les ai même pas achetés et cela importe peu tant que c’est beau. Je ne dirais pas que j’ai un designer favori. Il y en a plusieurs qui font du bon travail à mon avis. Si on regarde du côté du high fashion, ouais, ce serait cool de travailler pour de grandes marques en tant que mannequina aspirante. Mais, est-ce que je peux dire que je suis obsédé par l’idée d’avoir une sacoche Michael Kors? Non. Ma sacoche vient de chez Marshalls et je ne l’utilise même pas.

 

Qui est ta célébrité préférée lorsqu’on parle de mode?

 

Je ne suis pas vraiment la vie des célébrités. Même pas sur les réseaux sociaux je ne les suis pas vraiment. Si je tente d’en savoir sur eux, ce n’est pas pour voir ce qu’ils aiment. J’essaie de voir leurs visions pour être sûre que je ne supporte pas quelqu’un qui pourrait s’opposer à mes visions des choses. Il y a beaucoup de gens raciste dehors, tu sais. Il y en a beaucoup d’entre eux qui ont dire des choses à caractère raciste ces dernières années. Je ne veux pas supporter ce genre de personne. Je n’accorde donc pas trop d’attention à ce qu’ils portent ou à comment ils les portent. Je vais aimer leur musique ou leur art et ne pas m’en faire avec ce qu’ils portent.

 

Tu as l’air d’être très concerné par tout ce qui touche le racisme. As-tu vécu quelque chose de particulier qui se relie à ça?

 

Tu es prédisposé à l’être quand tu vis à St-Louis. C’est là que le mouvement Black Lives Matter a commencé. Je me souviens encore très bien de quand toute l’affaire Ferguson a commencé. Je me souviens être à l’école et voir tout ça passer aux nouvelles. Je me souviens d’avoir essayé d’aller en ville. C’était chaotique, tu sais. Je me souviens de la première fois que la police m’a rangé sur le côté durant les émeutes. J’avais peur pour ma vie sans raison. On m’avait rangé sur le côté pour une toute petite affaire. Une vérification de routine… Mais j’étais effrayée. J’ai fait face à beaucoup de racisme au courant de ma vie. C’est vraiment quelque chose à laquelle je devais m’habituer parce que j’ai plusieurs origines et j’imagine qu’il y a beaucoup de choses qui ne sont pas acceptées en ce monde. Je suis d’origine israélienne et le pays ne semble être populaire. Le fait d’être métisse veut aussi dire que beaucoup de noirs ne te considèrent pas comme les leurs. En fait, j’ai eu des moqueries autant par noirs que par des blancs. Mentionner les célébrités quand on parle de racisme n’est qu’un exemple parmi d’autres. C’est pour ça que je veux connaître leur opinion. Je veux savoir en quoi ils croient pour ne pas supporter des visions corrompues.

 

Oui, je vois ce que tu veux dire.

 

Tu dois faire attention aux gens que tu idolâtres et que tu emmènes au pouvoir. Regarde ce qui se passe dans le monde. Maintenant, nous idolâtrons des gens juste parce qu’ils paraissent bien ou disent quelque chose de drôle. Et maintenant, regarde, Trump est président. Ça en dit long.

 

C’est vraiment intéressant! J’aimerais savoir quelque chose. Si tu devais comparer St-Louis et Montréal lorsqu’on parle de racisme, qu’est-ce que tu dirais?

 

C’est beaucoup mieux ici. St-Louis est à la frontière entre le nord et le sud si on tient compte de l’époque des confédérés. Mais je pense que cette frontière est toujours en vigueur. Si tu vas dans le nord, tu feras face à moins de racisme mais tu trouveras aussi moins de noirs. J’ai été dans le nord de l’état et ils ne te parleront pas en se basant sur la couleur de peau. J’ai été en Alabama, et là par contre, j’avais peur d’aller dans une station de gaz. Je ne pense pas que c’est comme ça partout et que c’est tout le monde, mais c’est beaucoup plus commun là-bas. Ici, j’ai remarqué que lorsque je raconte tout ce que j’ai vécu à St-Louis ou dans ma vie en général, les gens sont vraiment choqués. Ici, parce qu’il y a tellement de diversité, il peut y avoir du racisme, bien sûr! Mais définitivement beaucoup moins. Je ne rentre pas dans une salle en me sentant observée parce que je suis brune. Il y a du racisme, mais rien de comparable à ce que j’ai vu à St-Louis. Je ne fait pas du bashing envers la ville de St-Louis. Il y a des éléments positifs là-bas. Je ne crois pas que mes mauvaises expériences qu’il ne faut pas savoir chercher le bon côté des choses. Si je n’avais pas vécu tout ça, je ne serais pas la personne que je suis aujourd’hui.

 

Parfait! Voici la dernière question. Qu’est-ce que tu penses de La Perle Noire vu que tu as travaillé avec nous?

 

Eh bien… ce n’est pas quelque chose à laquelle les gens pensent nécessairement, mais la plupart des marque que j’achète en ligne ne se basent que sur le look, tu sais. Mais votre chandail, que je porte en ce moment, est vraiment cool. C’est chaud et confortable. Je l’ai porté durant la mes examens parce que c’était très confortable. C’est quelque chose que je mets tout en ayant l’air d’avoir fait un effort. Il y a un design dessus et ce design a une signification positive. Ça met de l’avant beaucoup de choses. Ça te renseigne sur l’histoire, ça te renseigne sur la force et c’est vraiment important. Même pour les gens qui ne savent qui sont sur les vêtements, incluant moi auparavant. Tu m’en a parlé, tu m’as parlé de leurs accomplissements et pourquoi ils comptaient autant. Même si que je ne suis pas haïtienne, c’est une bonne chose. Il y a un message de force et de fierté et je pense que c’est important. Une autre chose que j’aimais beaucoup est le fait que vous vendiez des cropped tops et d’autres choses. Beaucoup de compagnies ne vendent que des t-shirts et des kangourous. C’est bien! Mais si j’ai envie de me commander quelque chose, je veux que ce soit des vêtements sympas. En tant que femme, j’aurai envie de porter un cropped top parce que tu peux porter ce que tu veux avec. Même si que j’aime les chandails, desfois, je veux des cropped tops, d’autres fois des accessoires. J’aime bien la variété offerte par ta marque!

 

Wow! Ça fait plaisir de le savoir. Je te remercie pour le temps que tu nous a accordé et on se reverra à la prochaine séance photo!

 

Vous pouvez suivre Neomi sur Instagram : www.instagram.com/sharkbait_2

 

 

 

 

 

 

 


Article précédent Article suivant


Commentaires

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés